Accueil Forums Les JDR à la salle The Agents La ville fantôme… [Résumé]

Ce sujet a 8 réponses, 3 participants et a été mis à jour par Itrenore Aringwyn Dragonborn Itrenore Aringwyn Dragonborn, il y a 2 mois et 2 semaines.

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Messages
  • #876

    Je vous mets ici un résumé de la mission d’introduction du 12 mai 2018. Ce sera « chapitre » par « chapitre ».

    Alors que les Agents, plus ou moins habitués, découvrent les locaux de l’Agence, un message leur parvient : « Bureau du DA. Immédiatement. » Très sommaire, mais très clair.

    Les Agents Garcia, Vermont et Vilinnsk se rendent donc au bureau de leur nouveau patron. La secrétaire les envoie directement au bureau du DA sans chercher à en savoir plus.
    Ce dernier les reçoit, un sourire en coin de lèvres :
    « Vous voilà enfin ! Très bien, nous allons passer directement au pourquoi du comment ; les présentations plus tard. Tout ce que vous avez à savoir c’est que je suis votre directeur, je m’occupe d’assigner les missions. Avez-vous fait la visite des lieux ?
    Il regarde brièvement ses nouveaux Agents avant de continuer :
    « Nous avons donc au 3ème sous-sol les non-humains très dangereux ; vous ne voulez pas y aller, je peux vous le garantir ! Au 2ème sous-sol ce sont les non-humains dangereux et humains très dangereux, vous n’y allez qu’en cas d’extrême nécessité. Ensuite le 1er sous-sol regroupe les humains dangereux. Vous trouverez au rez-de-chaussé l’accueil où vous avez été reçu, la cafétéria, le bar ainsi que la salle de jeu et de repos. Au premier se trouvent la bibliothèque ainsi que divers secteurs qui vous seront peut-être utiles j’en sais rien. Au deuxième, où nous sommes, mon bureau, la salle d’armes, la salle de combat – que je vous invite à fréquenter régulièrement -, ainsi que la salle des artefacts dans laquelle personne ne peut aller sans mon consentement. Enfin tout en haut se trouvent les labos. Bien assez parlé ! Des questions ? »
    L’Agent Vilinnsk demande à parler en privé avec le DA ; « Pendant ce temps vous n’avez qu’à commencer les présentations » lance le DA à Garcia et Vermont. Lorsqu’il reviennent, le DA coupe la discussion de ces deux Agents : « Bien maintenant… »

    Lorsque les trois Agents se réveillent, ils découvrent être au milieu d’un bosquet au petit matin. Il se souviennent des derniers mots de leur DA : « Faites vos preuves et survivez ! » Un léger mal de crâne se fait ressentir. Ils n’ont plus rien les rattachant à l’Agence, seule leur arme de service et quelques effets personnels. Les Agents sortent de bosquet, un peu inquiet de savoir où ils sont et pourquoi. Ils aperçoivent une route qui semble mener à un petit village mais aussi une vieille ferme en ruine depuis un bon moment.
    Au bout d’une quinzaine de minutes de marche, le petit groupe se retrouve face à la mairie. Un vague plan du village est accroché sur un panneau. Tandis que Vilinnsk et Garcia s’inquiètent d’une ville fantôme ou pour des tests nucléaires, Vermont cherche à trouver du monde dans une des maisons voisines. Tout semble encore habité, les maisons et rues sont éclairées.
    Rien de bien intéressant si ce n’est que tout est très bien rangé et un repas est préparé : il semblerait que les habitants soient partis précipitamment.
    Les deux autres se sont dirigés vers la gendarmerie ; il ne trouvent personne. Tout est bien ordonné, et malgré leurs recherches ils ne trouvent pas le moyen d’accéder au PC.

    Chaque Agent se retrouve sur la place. Vilinnsk décide de se rendre vers l’église. Les deux autres le suivent en restant un peu à l’arrière. En entrant dans l’église, c’est un désordre monstre qui est découvert : les bancs sont renversés, l’hôtel est détruit, tout est sans dessus-dessous. Garcia s’est aventurée un peu plus à l’Est encore. Plus elle va à l’Est et plus le désordre est visible dans les maisons et bâtiments. Vermont est resté sur ses gardes pendant que ses collègues s’aventuraient divers endroits. Il a ainsi pu remarquer une traînée de sang allant de l’église vers la mairie. Lorsque Vilinnsk ressort de l’église, Vermont lui montre un homme accroché au clocher. Ce dernier est éventré et mis en scène. Il semblerait que ce soit un avertissement.
    Tous se dirigent alors vers la mairie, suivant les traînées de sang. Le corps à été déplacé depuis la mairie.

    A nouveau les Agents se séparent : Garcia se dirige vers une entrée à l’arrière de la mairie tandis que les deux autres Agents prennent l’entrée principale. Vermont crochète la porte. Les deux hommes entrent, ils entendent un bruit sourd. C’est Garcia qui essaye tant bien que mal d’ouvrir la porte. Les deux Agents se font discrets. Ils découvrent par la suite que les bruits sont causés par Garcia qui cherche à défoncer la porte à grands coups d’épaule. Vilinnsk va lui ouvrir ; lorsqu’elle entre Garcia marche sur quelque chose « shrouic ». Nos trois Agents allument la lumière. Garcia vient de marcher dans une grande flaque de sang. Les murs en sont recouvert et un bras gît au sol. Une goutte de sang vient tomber sur le visage de Vermont qui lève la tête ce dernier voit peint au plafond avec du sang le mot « CROATOAN », lorsque Vilinnsk lève la tête une goutte de sang lui tombe au niveau de la tempe, seule Garcia n’a pas de sang sur le visage. Elle en a par contre plein sa rangers gauche. Le mot de sang leur rappelle vaguement quelque chose : une vieille histoire entre des colons du « clan » Croatoan et amérindiens. Les premiers ayant massacré un village d’amérindiens, le chef de la tribu aurait maudit les colons. Un mois plus tard les croatoans n’existaient plus, comme s’ils n’avaient été qu’une légende.
    Les membres de l’Agence s’inquiètent alors d’être sur une terre maudite mais toutes les recherches sur le passé du village ne mentionne en aucun cas de guerre entre amérindiens et colons anglais. Au contraire, les échanges étaient dans une très bonne entente.
    Mais Garcia et Vermont se rappellent avoir entendu ce terme à l’Agence. Garcia se souvient maintenant ! Un virus Croatoan ! Mais guère plus.

    Saving people, hunting things. This is my design.

    #888
    Planning
    NeoZell
    NeoZell

    Merci Iléane ^^

     

    Je rajoute les rôles de chacun pour nos amis lecteurs:

    -Agent Vilinnsk: Lucas

    -Agent Garcia: Marion

    -Agent Vermont: Fabien

    Terräformeur

    #889

    J’avais complètement oublié d’indiquer le rôles ! Merci pour avoir mentionné nos acteurs au générique ! ^^

     

    Les Agents décident d’aller plus au Sud-Est, vers le parc. Ils passent devant l’école et la crèche. Aucune lumière n’est allumée dans ces bâtiments. Ils décident d’étudier plus tard cela.

    Plus ils s’approchent de leur objectif plus ils s’enfoncent dans une brume épaisse. « C’est rien, juste la brume matinale » annonce Garcia. Il semble à Vilinnsk et Vermont voir un chien énorme aux yeux rouges.
    Pour autant notre groupe continue d’avancer. La brume s’épaissit ; cette fois-ci, Garcia, Vermont et Vilinnsk en sont sûr : il y a des bruits autour d’eux et ce ne sont pas les paons du parc. Tous sortent leur arme. Le groupe s’arrête trente secondes avant de repartir.
    À l’entrée du parc la brume semble un peu moins dense que précédemment. Les Agents s’avancent et entendent de petits bruits, ils se dirigent dans leur direction. Ils s’aperçoivent que la terre à été retournée, comme si une tombe avait été creusée. Garcia est prête à tirer au moindre bruit ou mouvement suspect, Vermont reste sur ses gardes et cherche à savoir de quand date la tombe tandis que Vilinnsk cherche une pelle. Il en trouve une un peu plus loin. Ce dernier commence alors à creuser, Vermont prêt à tirer sur ce qui est dessous et Garcia toujours à l’affût de ce qui se passe dans le parc. Vilinnsk parvient à sortir un homme de cette tombe de fortune, il est vivant. En mauvais état, mais vivant.

    Il ne semble pas terrifié lorsqu’il voit les Agents, c’est plus de l’étonnement qui transparaît sur son visage.

    “Qui êtes-vous ? Pourquoi êtes-vous dans cette tombe vivant ?!” questionne Vilinnsk. Vermont garde son arme pointée sur l’homme et Garcia se retourne rapidement prête à bondir sur l’enterré.

    “Je… Je… Comment êtes vous arrivés ici ?! Je… J’ai été choisi comme un nouveau des leurs. Montrez-vos mains !”

    L’homme essaye de se relever, Vilinnsk l’aide et détache les liens qui entravent ses mains et pieds après un petit signe de tête des autres. L’homme regarde les mains de tous les Agents ; il semble soulagé après les avoir examinées.

    -C’est bon vous n’êtes pas comme eux…

    -C’est quoi tout ça ? Expliquez nous ce qu’il se passe ici, reprend Vermont.

    -Une vérification… Les atteints ont des stigmates aux mains… Mais pourquoi êtes-vous là ?! C’est impossible d’entrer dans la ville ! Sauf si vous êtes maudit ou que quelqu’un vous a envoyé ici.

    -Il se trouve que l’on doit découvrir ce qu’il se passe et essayer de tout remettre en ordre, répond Vilinnsk.

    -Et bien celui qui vous a fait ça ne vous porte pas dans son cœur.

    -C’est quoi ce délire de mise en terre ?! questionne Garcia sur la défensive.

    -C’est le rituel. Comme une religion. On suit ou on crève. Un jour, certains ont commencé à agir étrangement puis ça s’est répandu très vite. D’abord dans l’Est puis vers l’Ouest. Certains ont réussi à fuir. Pas moi.

    -Ce rituel, qu’est-ce ? Pourquoi ?

    -Les gens ont commencé à devenir violent les uns envers les autres pour rien. Dès qu’ils nous trouvent, où l’on se… converti ou l’on se fait torturer jusqu’à ce que l’on cède ou meurt. Le rituel vise à terminer la transformation. Pour cela ils nous injectent des produits durant le temps de torture. Au bout de trois jours, il y a un enterrement comme celui que j’ai subit. Je ne sais pas ce qu’il se passe après. Mais je ne pense pas que ce soit une libération. Dans tous les cas il faut que l’enterrement soit arrêté par je ne sais trop quoi pour que l’on…

    L’homme cesse sa phrase et regarde derrière Garcia. Il est complètement terrorisé. “Oh mon Dieu ! Tuez cette chose !” Les Agents cherchent autour d’eux mais ne voient rien. L’homme leur indique la direction. “Le chien ici ! Tuez-le !” Les Agents le tirent pour le faire sortir mais l’homme reste planté. “Tuez-moi. Sinon je serai comme eux s’il m’attrape.”

    Vilinnsk hésite. Vermont non. L’homme est au sol étendu dans son propre sang. Quelques gargouillis s’échappent encore. Garcia ouvre la voie suivie de près par Vilinnsk et Vermont. Ce dernier se retourne et voit le cadavre du pauvre homme se faire déchiqueter.

    Saving people, hunting things. This is my design.

    #891

    Lorsqu’ils sortent du parc, le groupe se décide à aller hors de cette brume. Aller vers l’école.

    L’école et la crèche adjacente sont les seuls bâtiments à ne pas être allumés à l’intérieur et à avoir certaines fenêtres de fermées. Les Agents décident de passer par l’une des portes de l’école. La première salle de classe est désordonnée. Dans cette même salle, les Agents trouvent une odeur de souffre et sa présence aux fenêtres. Vermont se souvient de ce que cela signifie : une possession démoniaque.

    Il commence alors à dessiner un devil’s trap sur le pas de la porte où ils sont entrés afin de protéger leurs arrières. La suite des salles de classe n’est pas intéressant. Dans une grande salle, qui semble être une salle de jeu pour les enfants, les Agents trouvent des traces de sang séchées. Ils continuent d’avancer dans cette école jusqu’à ce qu’ils arrivent au réfectoire. Ils voient des couverts de mis et sentent une odeur de nourriture. Tous le groupe s’approche des cuisines, prêts à faire feu. Ils aperçoivent un homme de dos qui semble préparer à manger. “Ne bougez pas !” lance Vilinnsk.
    L’homme lève les mains au dessus de sa tête, l’une tient encore une louche, il n’ose pas se tourner :

    -Je ne… Je ne suis pas armé !
    -Tournez-vous face à nous.
    -’fallait bien que ça m’arrive… répond l’homme, accablé en se tournant face aux Agents. Je ne suis pas des leurs ! Je n’ai pas les marques !

    Vilinnsk s’approche et vérifie, il regarde ses camarades et leur assure que l’homme n’est pas touché par Croatoan.
    Vermont baisse son arme tandis que Garcia reste à l’affût du moindre fait suspect.

    -Je peux retourner à ma soupe maintenant ? Elle va cramer.
    -Oui c’est bon, mais nous avons quelques questions, continue Vermont pendant que le cuisinier retourne à ses affaires.
    -Vous n’êtes jamais tombés face aux contaminés ?
    -Non, mais nous savons comment paraître dans leur camp un certain temps. On se fait des marques comme eux aux mains.
    -Si vous n’êtes pas comme eux, comment survivez-vous ? Il y en a d’autres ?
    -Avec les réserves que nous avons pu faire ; je ne sais pas combien de temps nous pourrons encore tenir… Mais je ne suis pas seul non ! Je vais aller les chercher, ne bougez pas.

    L’homme éteind le feu et attrappe trois assiettes supplémentaires. Il montre aux Agents comment ils se font les marque aux mains avant de s’en aller. Vilinnsk utilise le faux-sang (ou sang, il n’en est pas sûr) afin de se faire de fausses stigmates. Les trois Agents discutent de la situation de l’homme qu’ils ont rencontrés…L’homme revient accompagné d’une femme et d’une petite fille. Cette dernière se cache derrière les deux adultes.

    -Je crois avoir oublié de le présenter. Je m’appelle Ash.
    -Moi c’est Hannie, continue la femme en s’avançant. Et voici Lilly-Rose.

    La petite fille se cache un peu plus après l’annonce de son prénom. Vilinnsk s’accroupit face à elle et se présente : “Moi c’est Vilinnsk”, la petite fille se cache lorsqu’elle aperçoit les marques sur les mains de Vilinnsk.

    -Ne t’en fais pas, dit-il en effaçant les traces. C’est du faux.
    -Agent Vermont.
    -Garcia, enchaîne l’Agent en rangeant son arme.

    Durant le repas, Vilinnsk essaye de faire parler la petite fille, Garcia discute avec Hannie et Vermont avec Ash.

    -Vous avez de quoi vous défendre, interroge Garcia.
    -Oui, on a quelques armes et munitions. C’est comme pour la nourriture, nous sommes limités et nous ne pouvons accéder à la boutique d’armes à feu pour essayer de trouver de quoi faire. Mais au fait, comment avez-vous réussi à entrer dans la ville ? Les routes sont bloquées, la ville est en quarantaine.
    -Nous sommes en mission, répond Vermont. Nous ne savons pas comment nous sommes arrivés ni comment nous allons sortir d’ici…
    -Il y a une radio qui pourrait nous permettre de joindre l’extérieur…
    -Mais c’est eux qui l’ont, interrompt Ash. Et pour y accéder…
    -Il va falloir entrer dans la brume, continue Hannie après un temps. Elle les suit on ne sait pas comment mais la brume indique leur localisation.

    Le repas de termine dans le calme. Jusqu’à ce que Garcia demande d’établir un plan pour accéder à d’autres munitions et de parvenir à cette radio.

    -Il nous faudrait préparer tout ce que nous ferons. Et surtout ne pas nous détourner du plan. Ash et Lilly ne savent pas vraiment de battre, il serait préférable pour eux de rester ici. Ils seront en sécurité et verront facilement les autres venir. Moi je vous accompagne.
    -Vous savez vous battre ? interroge Garcia.

    Hannie se met en position de combat après avoir sorti un scalpel caché dans une de ses manches. Elle le jette au sol, prête à en découdre avec la militaire. Les deux femmes se testent l’une et l’autre sur leur capacités. Garcia apprend quelques passes à Hannie. Chaque Agent apprenant à Ash et Lilly des bases en cas de problème.

    Une fois cela fait le groupe qui va partir établi le plan de voyage. Ils passeront vérifier en premier lieu l’armurerie, puis feront le tour des maisons avant d’aller à la pharmacie.

    Saving people, hunting things. This is my design.

    #893

    Le groupe prend juste ce qu’il faut : leur équipement pour les Agents, un petit revolver, quelques munitions et une trousse de soin pour Hannie. Ils ne croisent aucun problème à l’aller. Une fois arrivés à l’armurerie, tous cherchent munitions et et armes potentiellement oubliées. L’équipe trouve des munitions et Vermont un fusil de chasse sous l’étal. Hannie est partie à l’arrière boutique. Lorsqu’elle revient elle a un bandage de fortune sur sa main droite, mais elle a surtout un lance-roquettes. “J’ai trouvé ça sous une vieille planche. Je savais que le gérant était parano, mais à ce point là…” Garcia récupère le lance-roquettes.

    Le groupe va alors vagabonder au niveau des habitations. Ils découvrent un autre fusil, une boîte de munitions,… mais aussi un chien. Un labrador craintif, Vilinnsk lui donne quelque chose à manger. Vermont parvient à s’en approcher et remarque que le chien est un peu blessé mais surtout qu’il est chien d’aveugle. Le groupe a désormais un nouveau compagnon canin. Dans un autre quartier, le groupe ne trouve rien. Hannie reste toujours en arrière afin de garantir un minimum de sécurité aux Agents. Jusqu’à la dernière maison : ils sont reçus par un homme armé qui les tient en joue. Tous se regardent fixement. Vermont s’avance un peu, après avoir rangé son arme. Il met ses mains en évidence.

    -Monsieur, baissez votre arme. Nous ne faisons pas partie des leurs.

    -Qu’est-ce qui le le prouve ?! La dernière fois c’était la même histoire !

    -Monsieur…

    -Je ne pense pas que nous aurions attendus si nous étions des leurs, coupe Garcia.

    -Regardez nos mains ! rétorque Vilinnsk en montrant les siennes.

    L’homme semble regarder les mains de chaque Agent avec attention avant de baisser son arme.

    “Très bien, vous avec moi. Les autres attendez ici.” Annonce l’homme après avoir désigné Vermont du menton. L’homme entre dans une sorte de chambre désordonnée, suivit de Vermont. Il laisse la porte entr’ouverte.

    -Très bien. Je me nomme Robert, appelez moi Bobby. Appartement je ne suis pas le dernier des survivants de cette foutue ville.

    -Nous sommes arrivés ce matin avec mes collègues. Nous avons pour mission de sortir d’ici et d’aider le plus de personnes possible.

    -Je me joins à vous. Ils sont venus et ont emmené ma femme. Depuis je ne l’ai jamais revue. Je pense qu’ils l’ont tué. Donc, j’en fais une affaire personnelle, répond sèchement Bobby en attrapant un sac et y mettant un fusil de chasse. Il ne me reste plus beaucoup de munitions ; par contre j’ai ça.

    Bobby envoie ce qui semble être une mine à Vermont. Il lui annonce qu’il s’agit d’une mine soporifique. Il en a cinq dont une ou deux dont il n’est pas sûr qu’elles fonctionnent.

    -Très bien. Ce pourra toujours être utile. Au fait, vous avez des infos à propos de tout ce qui se passe ici ?

    -Mouais. Ça a commencé avec l’arrivée d’un nouveau vaccin. Un nouveau lobby du maire. Ce gars était devenu un abruti depuis quelques temps. Il a rendu le vaccin obligatoire. C’est l’Est, où l’on trouve le plus d’habitations, qui a commencé en première partie à changer.

    -Le maire ? Comment était-il avant ?

    -Pas comme ça, il s’inquiétait pour sa ville. C’est grâce à lui que l’on a eu une médiathèque, les stades,… Puis un jour, il a changé du tout au tout ! On ne le reconnaissait pas. C’est lui qui dirige le groupe des autres.

    Les deux hommes rejoignent les autres Agents ainsi que Hannie qui est montée suite à la longue attente sans nouvelles du reste du groupe.

    -Je vous présente Bobby. Bobby voici les agents Vilinnsk et Garcia et voici…

    -Salut Hannie.

    -Bobby…

    -Je vois que vous vous connaissez… Enfin passons à quelque chose qui pourrait nous aider. Bobby m’a appris que toute cette histoire serait en lien avec le maire. Enfin l’ancien maire…

    -Il va nous falloir retourner à la mairie donc, intervient Vilinnsk.

    -Il faudrait oui. Cela nous permettra de savoir ce qui l’a fait basculer…

    -Comment ça ? dit Garcia.

    -Le maire est devenu bizarre peu avant le début des évènements. Il n’était pas comme ça avant, répond Bobby.

    -Bon et bien… Je suppose que l’on n’a pas d’autre choix ? questionne Garcia.

    Vermont à un petit hochement de tête. Les membres du groupe se regardent, tous semblent d’accord. La mairie doit être fouillée. La pharmacie et le magasin général seront des plus dans l’expédition.

    Saving people, hunting things. This is my design.

    #896
    trolliste
    Minimarion82
    Minimarion82

    (wow, j’avais pas vu ça! Merci pour le résumé super détaillé, c’est génial!)

    Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix.
    Il n'y a pas d'ignorance, il y a la connaissance.
    Il n'y a pas de passion, il y a la sérénité.
    Il n'y a pas de chaos, il y a l'harmonie.
    Il n'y a pas la mort, il y a la Force.

    #904

    Contente que la « fanfic » vous plaise ! J’ai l’impression d’être Chuck avec Dean et Sam #Supernatural. Voici la suite.

     

     

    Le groupe s’aventure vers la mairie.

    Hannie, Bobby et le chien restent à l’extérieur afin de surveiller les alentours tandis que les Agents entrent afin de chercher le bureau du maire.

    Lorsqu’ils y arrivent ils trouvent divers documents “classiques” (avis de mariage,…), mais également un ordinateur. Tandis que Vilinnsk et Garcia cherchent des documents ou dossiers sortant de l’ordinaire, Vermont essaye de craquer le mot de passe du PC. Il y arrive sans réelle difficulté. Il y trouve alors des documents sans intérêt et un dossier caché. Lorsqu’il l’ouvre, il trouve de nombreuses pages codés dans différents “langages”. Il en reconnaît trois : l’oghma, le runique et le nécromancien.

    Les textes font mention d’une invocation de démon, d’une tentative de contrôle d’un démon, de recherches sur divers démons,… Mais il y a aussi un texte qui semble avoir été écrit sur un moment de lucidité du maire. Il demande de l’aide, il est soumis au démon qu’il n’a pas su maîtriser.

    Il apprend aussi comment s’est propagé le virus Croatoan. Lorsque le démon a pris possession du maire, il a mis en place un vaccin obligatoire. La majorité de la population étant à l’Est c’est là-bas que le virus a commencé à se propager.

    Vermont partage cette information aux autres Agents. Ses doutes sur la présence d’un démon se confirment. Il trouve par ailleurs une information qui lui semble convenir au chien qu’ils ont vu dans la brume : certains démons peuvent invoquer des chiens des enfers (hellhounds). Ces derniers ne sont visibles que pour ceux qui vont mourir sous leurs mâchoires et griffes.

    Le groupe ressort alors.

    -Il me faut de la farine et des préservatifs.

    -Quoi ?! rétorque Hannie. On n’a pas le temps pour faire n’importe quoi !

    -Nous sommes en présence de chiens des enfers. Ces derniers ne sont pas visibles pour nous. Il nous faut les voir, donc il nous faut un moyen de nous les rendre visibles.

    -Bon, n’a plus beaucoup de temps, intervient Bobby. La brume se rapproche.

    -Je veux aller à la pharmacie. Il faut que nous rapportions un échantillon du vaccin au labo, continue Garcia.

    -Sauf que le temps va nous manquer ! dit Vilinnsk.

    -On n’a pas le choix maintenant… Soit on se sépare, soit on fait vite.

    Le groupe tranche rapidement : se séparer n’est pas la solution face à des personnes agressives pour rien. Ils feront donc un saut rapide dans chaque lieu.

    Ils commencent donc par le magasin généraliste. Ils ne manquent pas de trouver de la farine. Cinq kilos de farine. De plus ils trouvent des préservatifs également.

    “On a largement de quoi faire avec ça ! Garcia, tu veux toujours aller à la pharmacie ?”

    La militaire se tourne et confirme d’un hochement de tête.

    La pharmacie étant juste en face du magasin, le groupe n’a pas à se mettre en danger trop longtemps.

    Une fois à l’intérieur, Garcia et Vilinnsk se dirigent directement à l’arrière boutique tandis que Vermont cherche au niveau des vaccins sur les présentoirs. Après cinq minutes de recherches environ : “Ça y est ! Je l’ai ! On va pouvoir y aller !” annonce fièrement Garcia. “Par contre, c’était le dernier. Donc il va falloir faire très attention.”

    Tous ressortent et se dirigent rapidement vers l’école, tout en faisant attention à un potentiel danger dû aux contaminés Croatoan.

    Lorsqu’ils reviennent tous, c’est le chien qui est le mieux accueilli en particulier par Lilly. Ash et Hannie discutent pendant que Vermont prépare ses grenades, Garcia prépare ses armes et Vilinnsk essaye toujours d’en apprendre plus sur le passé de la jeune fille.

    -Mais où étiez-vous passés ?! La brume a bougé dans votre direction et vous êtes partis toute l’après-midi !

    -C’est bon Ash. On a ramené du renfort. Tu as vu quelque chose d’intéressant avec Lilly ?

    -Mis à part que vous avez dû les énerver en touchant quelque chose, rien.

    -Va savoir. On a modifié notre chemin prévu. On a eu… quelques infos en plus. Bobby ?

    L’homme étant resté dans une salle adjacente arrive alors. Impassible.

    -Salut Ash.

    -Bobby…

    Saving people, hunting things. This is my design.

    #907

    Ash, Bobby est Hannie sont allés parler en privé quelques minutes. Vilinnsk parvient à discuter avec Lilly.

    -Comment il s’appelle ? demande doucement la petite fille.

    -Je ne sais pas… Nous l’avons trouvé, il semble t’apprécier en tout cas.

    -Je voulais un chien à moi avant, puis…

    Lilly-Rose éclate en sanglots. Le chien s’approche d’elle, comme s’il souhaitait la consoler.

    -Je suis désolé pour ce qui est arrivé dans ton village…

    -Je ne sais pas où sont mes parents… Ash et Hannie sont devenus mes nouveaux parents… J’ai peur de ce qui leur est arrivé…

    -Ne t’en fais pas. On va les retrouver et on va vous sauver.

    Lilly a un petit sourire triste. Vilinnsk retourne voir ses collègues. Il leur explique posément la situation. Les trois survivants reviennent. Les trois semblent déterminés, prêts à mener la bataille finale.

    -Bon, il nous faut établir un plan.

    -Je suis d’accord avec Hannie, je pense que mes aptitudes pourront aider à mener une stratégie d’attaque.

    -Okay, il semblerait que de nuit comme de jour, ils ne fassent pas de tour de garde, dit Bobby. Actuellement ils semblent s’être postés au niveau de l’entrepôt derrière le magasin.

    -Alors on les attaquera de nuit, intervient Vermont. Comme cela ils seront tout autant qu’en journée mais nous verront moins facilement.

    -Il nous faudrait les distraire, rétorque Vilinnsk. Il faut trouver un moyen de les attirer loin de la radio. De les disperser.

    -J’ai peut-être une idée…

    Garcia marque un temps de pause et dessine brièvement un plan de la ville.

    -Nous sommes ici, et eux là. Nous allons nous mettre en embuscade sur les toits et allons utiliser les mines soporifiques de Bobby.

    -Et comment va-t-on les attirer ?

    -Là… On va faire un grand feu. Ça va forcément les attirer.

    -On n’a que les bâtiments, et je ne sais pas s’ils vont facilement prendre feu sans nous gêner, continue Hannie.

    -C’est là que l’église va entrer en jeu. Le bois des bancs est assez vieux pour faire un bois facile à brûler. De plus, c’est un bâtiment qui est assez éloigné de nos points stratégiques. Nous serons sur les toits de l’école et du magasin.

    -J’irai sur le toit de la pharmacie, rétorque Bobby. J’assure vos arrières. Je serai juste à côté de l’église et m’occuperai du feu. J’ai l’habitude de gérer les situations catastrophes.

    -Très bien… Je vais sur le toit du magasin qui me suis ?

    -Moi, annonce Vilinnsk.

    -J’irai sur le toit de l’école.

    -Je vais avec l’Agent Vermont, dit Hannie.

    -Ash, Lilly, vous serez nos yeux et nos oreilles. Vous serez dans votre… on va appeler ça une tour, afin de surveiller au mieux les déplacements de tous. Vous avez ce qu’il faut pour…

    -On a des jumelles infra rouge si c’est la question Agent Garcia. Elles ne sont pas les meilleures mais elles restent fonctionnelles.

    -Okay. Je résume les faits. Ash et Lilly sont dans la tourelle, ils seront notre dernier rempart pour la résistance. Je vais aller poser les mines devant l’église. Bobby s’occupe de la distraction et va sur le toit de la pharmacie. Vermont et Hannie, vous serez sur le toit de l’école afin d’assurer une meilleure offensive tandis que Vilinnsk et moi-même serviront à empêcher une grosse formation en séparant les Croatoans. On est d’accord ?

    Tous acquiescent. C’est bientôt l’heure des derniers préparatifs. Nous sommes en fin d’après-midi. Tout est très calme. Le dernier calme avant la tempête.

    Saving people, hunting things. This is my design.

    #910

    Voici le dernier chapitre de ce « résumé ». J’espère que vous avez pris autant de plaisir à le lire que moi à l’écrire ! N’hésitez pas à m’envoyer vos retours 😉 (sur la partie comme pour le résumé).

     

    La nuit vient de tomber, les mines soporifiques sont posées, tous sont à leur poste. Une légère tension est palpable. La ville est calme, pas un bruit comme ce qui a toujours été. À l’arrivée des Agents il n’y en avait pas. Mais là, c’est le dernier silence.

    Dans l’église, tous peuvent voir le début d’une lumière vive. La guerre a commencé. Tous sont sur leurs gardes, l’église s’embrase rapidement, les flammes lèchent les murs et brisent les vitraux. L’église est devenue un grand bûcher. Quelques cris commencent à se faire entendre chez les contaminés. Un groupe d’une vingtaine de personnes s’approche de l’église. Notre équipe attend. Ce n’est pas encore le moment. Mais les infectés se dispersent, les mines soporifiques s’activent. La fumée noire engendrée par les flammes se combine au gaz relâché par les mines. Certains tombent mais d’autres, restés en arrière s’arment. L’un d’entre eux va sonner l’alerte. Il est abattu d’une balle.

    Les contaminés n’ont pas encore repéré notre groupe.

    Bobby entame la descente aux enfers des contaminés qui sont dans sa ligne de mire. Vilinnsk et Garcia achèvent ceux qui tentent de s’échapper. Hannie et Vermont s’occupent de ceux qui sortent du hangar.

    Les derniers viennent de tomber face à l’église qui a fini de brûler. Certains râles se font entendre. Mais il semble que plus aucun des infectés ne sorte. Bobby s’est rapproché. Il est au sol, au milieu des morts et des derniers agonisants. Il les épargne dans l’espoir de les sauver. Tous sont prêts à se rendre dans le hangar ; aucun ne semble avoir remarqué la silhouette qui en est sorti. Vermont regarde vers la tour où sont Ash et Lilly, il y a un signal lumineux. Quand il regarde à nouveau vers le hangar il aperçoit cette silhouette qui le regarde. Il lui semble même percevoir un salut de cette ombre dans le nuit. Vermont ne cherche pas lorsqu’il voit la silhouette sortir une arme vers lui. Il tire. La balle atteint la tête. Juste entre les deux yeux.

    Le groupe s’empresse d’aller voir le nouveau mort. Il est étendu au sol. Hannie s’avance et s’accroupit face au macabet.

    -Il porte les marques aux poignets et des veines noires sont dessinées sur son visage.

    -Ce doit être lui le meneur ! C’est le maire ?

    -Non…

    -C’est moi ! Enfin le corps que je possède ! interrompt une voie depuis l’intérieur du hangar.

    Une silhouette s’avance. Un homme d’environ quarante-cinq ans se présente, un sourire narquois en coin de lèvres. Il applaudit tout en riant sous cape notre équipe. Lorsqu’il est dans la lumière, il cligne des yeux : ceux-ci deviennent rouges un certain temps. Vermont a reconnu ce dont il s’agit : un démon. Il n’est pas sûr pour autant du rang de ce dernier.

    “Bien, bien, je le suis assez amusé maintenant. Place aux choses sérieuses !”

    Il claque des doigts, des aboiements se font entendre derrière le groupe.

    “Ça, c’est mon hellhound (chien des enfers), et…”

    Il n’a pas le temps de terminer sa phrase qu’un coup de feu est parti. Droit dans le cœur. Bobby vient de tirer. Il rigole, le démon pas.

    “Tu as foutu la merde dans cette ville. J’ai appris que les démons n’apprécient pas le sel grâce à mon ami juste là, dit Bobby en désignant Vermont du menton, de plus…”

    Hannie attrape une fiole en verre et la jette sur le démon. Une fumée s’échappe  lorsque le liquide touche le démon. Hannie récite une formule d’exorcisme.

    Le démon envoie son chien sur Bobby qui s’effondre au sol. Hannie continue et les Agents vont en aide à Bobby. Vermont passe derrière le démon. Il commence un anneau de sel autour de ce dernier. Bobby hurle de douleur.

    La formule finie, une fumée noire s’échappe du corps du maire qui s’effondre. Les aboiements et morsures ont cessés. Garcia, Vilinnsk et Bobby sont touchés. Bobby est le plus mal en point. Il est redressé par Garcia et Vilinnsk. Hannie se dirige vers lui. Elle l’examine un peu et lui procure des soins primaires afin d’arrêter le saignement. Elle se relève et adresse un sourire aux Agents. Elle attrape une radio en se détournant d’eux.

    “Oui ? C’est Hannie, je valide les nouveaux. Ils ont passé le test avec succès. Par contre, DA, évitez les épreuves aussi difficiles pour le début. Bobby a failli y passer. J’ai besoin d’une équipe de soin et d’extraction pour tout le monde… Quoi ? Ah oui ! Ils sont dans la tour… Ouais toujours la même. Par contre ils sont un peu blessés les nouveaux. Ouais… Enfin passons… Oui, dans deux minutes.”

    Hannie se met face aux Agents.

    “Bravo ! Vous êtes officiellement des Agents ! Je suis désolée de ne vous avoir rien dit. Mais c’est comme ça… La première mission est toujours encadrée par des Agents plus expérimentés. Nous sommes là comme surveillants ; normalement nous n’intervenons que si c’est un cas d’extrême urgence. Mais ici, la mission nécessitait un minimum d’expérience. Vous vous êtes très bien débrouillés. La mission est un succès et vous avez un échantillon à faire examiner au labo, ce qui nous permettra d’en savoir plus sur Croatoan. Bien joué !”

    Un bruit d’hélicoptère se fait entendre.

    “Voilà notre taxi ! Je suppose que vous vous étiez douté de l’imposture, non ?”

    Saving people, hunting things. This is my design.

Accueil Forums Les JDR à la salle The Agents La ville fantôme… [Résumé]

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.